Les champions en titre de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA montrent qu'ils sont plus que prêts à conserver leur titre.

Les États-Unis ont laissé une série de records après avoir écrasé la Thaïlande 13-0 lors de leur match d'ouverture du Groupe F mardi à Reims, en France. Le résultat a été le match le plus déséquilibré de l’histoire du tournoi, surpassant la victoire de l’Allemagne 11-0 sur l’Argentine en 2007.

Alex Morgan a marqué cinq fois, égalant le record de Michelle Akers (États-Unis) pour le plus grand nombre de buts en un match de Coupe du monde. Rose Lavelle et Samantha Mewis ont chacune ajouté un corset. Les États-Unis ont dominé 3-0 à la mi-temps, mais ils ont marqué quatre buts en l'espace de six minutes au début de la deuxième demie pour donner 7-0. Six autres buts ont été marqués dans les dernières minutes de 16, alors que les États-Unis continuaient de mettre la pression sur leur adversaire surpassée.

Les objectifs 13 des États-Unis représentaient plus de la moitié du total des premiers jeux 12 du tournoi, qui avaient produit des objectifs 25.

La sélectionneuse américaine Jill Ellis a utilisé ses trois substitutions en seconde période, après que les États-Unis eurent pris l’avance sur 7-0. Deux d'entre eux, Mallory Pugh et Carli Lloyd, ont marqué et le troisième, Christen Pless, a contribué à l'un des six derniers buts.

Cette victoire record n’a pas été sans ses détracteurs, tant sur les réseaux sociaux que dans les chaînes de télévision et de radio aux États-Unis et au Canada.

Certains se demandaient pourquoi les États-Unis avaient continué à adopter le même style d'attaque une fois que le jeu avait été clairement décidé. D'autres étaient mécontents des célébrations de buts élaborés et effusifs après que le score fut déjà 8-0.

La différence de buts est décisive pour sortir de la phase de groupes et progresser dans le tournoi.

Après le match, Ellis a déclaré aux journalistes: «Toutes les équipes présentes ont été fantastiques d’arriver à ce point et le respect des adversaires est de jouer fort contre eux. C'est un tournoi où le différentiel de buts est un critère.

“Il s'agit en grande partie de créer une dynamique, alors en tant qu'entraîneur, je ne trouve pas dans mon travail de mobiliser mes joueurs, de les maîtriser, car c'est ce dont ils ont rêvé. C'est un championnat du monde », a-t-elle déclaré, selon 90min.com.

Les champions en titre sont entrés dans le tournoi avec seulement une défaite depuis 2017 en juillet et ont maintenant remporté sept matchs de suite, marquant des buts 36 dans le processus et n'ayant concédé aucun but en cinq matches.

Soit dit en passant, France 3-1 a perdu lors d'un match amical au Havre en janvier. Pouvons-nous assister à une revanche lors de la finale de la Coupe du monde féminine?

Photo: Getty Images

Laissez un commentaire